DIY: mini tote-bag pour la rentrée

Super pratique le mini tote bag te permettra  d’y glisser

ton lunch ou encore ton magazine préféré.

Matériel :

– 2  X [ 1 coupon de tissu de 29cm a X 36 cm b ] A1 et A2

– 2  X [ 1 coupon de tissu de 53 cm a X 6 cm b ] B1 et B2

– Fil à faufiler

– Fil à coudre

– 1 aiguille à coudre et épingles

– 1 paire de ciseaux

– 1 machine à coudre

Mode opératoire : 

– Sur l’envers d’un seul côté a des coupons A, réaliser un ourlet de 1 cm de large.

– A 1 cm des bords, coudre les coupons A endroit contre endroit à l’exception des côtés ayant les ourlets (= ouverture du sac). Retourner ensuite le sac.

– Plier en deux, endroit contre endroit, les coupons B sur la longueur et coudre les côtés a à 1 cm du bords. Retourner ensuite les hanses.

– Plier sur 1 cm les extrémités des hanses et les coudre à 5 cm et 2 cm du bord ayant l’ourlet du sac.

A nous la rentrée!

*Charline

nu@outlook.fr

Publicités

Il était une fois chez Cartier … #2

A mon tour de narrer notre rencontre avec la prestigieuse enseigne Cartier Bruxelles

Le tutoriel « DIY Collier imitation Cartier à moindre frais » est à l’origine de cette aventure hors norme.

Comme l’explique Miss « Artemise et moi« , nous avons découvert une marque de luxe chargée en histoire.

Pour ma part, cette grande première aura été marquée non pas par un bijou mais plutôt par un personnage haut en couleur. Il s’agit de Jeanne Toussaint, femme de caractère, d’origine belge et dont la meilleure amie n’était autre que Coco Chanel… Bourrée d’imagination, la compagne de Charles Cartier, a été l’instigatrice de la collection Léopard Panthère.

Les pièces de la collection Panthère, dont nous nous sommes parées l’espace d’un instant, sont principalement composées d’or jaune, de laque (pelage) et d’Onyx (museau). Parfois des diamants se sont fait remarquer par leur éclat. Les yeux, toujours verts, sont quant à eux soit en grenats tsavorits, émeraudes ou en peridots.

En observant les photos, vous pourrez remarquer que la fameuse Panthère possède différentes sensibilités suivant les modèles. Certains diront d’ailleurs que cette collection n’est pas que destinée à la gente féminine…

Globalement je pense que le luxe est un concept qui recherche la perfection et met la barre très haut, à nous de savoir l’importance que l’on lui accorde.

 Je souhaite remercier Laurence B qui nous a invitées après avoir pris le temps de visiter le blog « Artemise et moi » ainsi que Mathieu M notre hôte au sein de la maison Cartier.

Je suis sortie du coffre-fort avec un énorme sourire aux lèvre et des rêves plein la tête.  

                                                                                                               *Charline

                                                                                                                                      nu@outlook.fr

DIY bracelet macramé tête de mort

L’été a pointé le bout de son nez et le besoin d’aventure se fait ressentir.

Voici une idée de création qui te fera sentir comme une pirate!

Matériel :

m

-Une perle tête de mort 1,1 x 1,1 x 1 cm

-Du fil de cuir de 1 mm de diamètre que tu veilleras à travailler au préalable afin de l’assouplir.

-Pour un tour de poignet de 14 cm, il te faut:

                    140 cm de fil qui servira à réaliser le macramé (A et B)

                    34 cm de fil qui fera le tour de ton poignet (C)

                    N’hésite pas à adapter les dimensions si ton poignet est plus grand

Mode opératoire :

Le macramé, comment ça marche ?

Mieux vaut des images plutôt qu’un long discours

 En avant !
l
    1. Plie le fil C en deux et fais un nœud en boucle de 1 cm à l’extrémité

     2. Fais du macramé sur 6 cm

     3. Enfile la perle sur le fil C

     4. Reprend le macramé sur 6 cm

     5. Termine en faisant un double nœud avec les lien A et B  et coupe le surplus de fil

 Ton bracelet est prêt à être enfilé et à durer pour l’été

A l’abordage !

*Charline

nu@outlook.fr

DIY Collier imitation Cartier à moindre frais

 

 Explications 

step by step 

afin de réaliser un collier élégant et un brin fauve …

 

Matériel pour un collier de 43 cm

+/- 250 gr de perles de rocaille blanches _ 2 mm de diamètre
 k
1 perle argentée _Tête de léopard_ 2 x 1,7 cm avec une ouverture de 0,9 x 1,7 cm
m

1 bobine de fil à coudre dans les tons des perles

2 embouts de finition argentés _ 1,5 cm de diamètre et 1,2 cm de profondeur

1 fermoir argenté adapté aux 2 embouts

72 perles en acier à écraser

 

seezat seezat

_______________

1 pince pour écraser les perles en acier

1 pistolet à colle

1 mètre de couturière

1 paire de ciseaux

1 aiguille à broder (suffisamment fine pour enfiler les perles)

1 enfile aiguille

1 rouleau de papier collant

pixiz-26-09-2015-19-15-34

 Mode opératoire
Etape 1 : réaliser 24 rangs de perles de 54 cm de long
k

Pour un rang :

          – Couper 1 fil de longueur supérieure à 54 cm

– Bloquer une extrémité du fil à l’aide d’une perle à écraser

– Enfiler les perles sur 54 cm avec l’aide de l’aiguille à broder

– Bloquer l’autre extrémité du fil avec une autre perle à écraser (ne pas laisser de jeu entre les perles)

IMG_9200

Etape 2 : tressage

2.1. Sur une des extrémités, rassembler tous les rangs :

– A l’aide d’un fil, unir les rangs de perles par 4 _ le fil enserre les rangs entre la première perle de rocaille et la perle à écraser (x6)

– Réunir ensuite, de la même manière, les ensembles de 4 rangs par 2 _ le fil enserre les rangs entre la première et la deuxième perle de rocaille (x3)

– Réunir encore une fois les 3 ensembles ainsi formés

 IMG_9204

Note:

Cette étape permet par la suite une meilleure fixation du collier  dans les 2 embouts de finition

Vérifier que le diamètre corresponde à celui des 2 embouts de finition (dans le cas contraire, adapter)

 2.2. Réaliser la tresse avec 3 liens comportant chacun 8 rangs de perles. Veiller à ce que les rangs soient bien placés et assurer ainsi l’harmonie du tressage.

*Charline Après 17 cm de tressage, enfiler la tête du fauve _ Les oreilles positionnées du côté de la partie déjà tressée

IMG_9208

2.3. Quand la tresse atteint une longueur de 42 cm, rassembler les 24 rangs de perles et les fixer à l’aide d’un papier collant

IMG_9210

2.4. Adapter la longueur des rangs en coupant la perle à écraser et retirer le surplus de perles. Fixer avec une nouvelle perle à écraser.

IMG_9213

2.5. Assembler tous les rangs de perles comme au point 2.1. et retirer le papier collant

IMG_9215

m

Etape 3 : fixation des attaches

k

3.1. Couper le surplus des fils et entourer le reste sur les extrémités avec de la colle

p

3.2. Mettre de la colle dans les embouts de finitions et positionner rapidement les extrémités.

Note:

Il faut que le « plat » de la boucle de l’embout de finition soit dans l’axe du « plat » de la tresse

IMG_9229

IMG_3899

3.3. Fixer les attaches aux embouts à l’aide de la pince

 h

Voici le résultat en couleur  !!!!

IMG_9262

 

Si l’envie de réaliser le collier vous vient, je vous invite à poster le résultat de votre oeuvre.

Bien à vous

*Charline

nu@outlook.fr

Le kit « Faites votre propre bonnet à pompon » de chez Veritas

Le kit « Faites votre propre bonnet à pompon » de chez Veritas pourrait bien combler votre besoin irrépressible d’en posséder un.

Contenu du sac :

  • 1 pelote de Capilla

  • 1 aiguille circulaire n°7 – 40 cm

  • 1 pompon

  • un descriptif du travail

Le kit qui nous a été gracieusement offert par Veritas est destiné aux DEBUTANTES

Inexpertes dans le monde du tricot, je fais donc la testeuse idéale.

Let’s go !

… Environ 4h00 de travail disaient-ils …

Etape 1 : se familiariser avec les termes et symboles spécifiques au tricot

  • Les aiguilles circulaires = aiguilles qui permettent de tricoter en rond et ainsi réaliser un tube sans couture.

  • m = maille

  • rg = rang

  • Monter = créer un ligne de l’ouvrage

  • Côtes 1/1 et jersey = points spécifiques

Etape 2 : s’entraîner … Et encore s’entraîner

  • Monter des mailles.

    Ps : étant donné que l’ouvrage commence avec les points « côtes 1/1 », le montage est spécifique à ceux-ci. (m envers, m endroit)

  • Tricoter des points à l’envers, à l’endroit et les alterner sur une même ligne. N’arrêtez pas, tant que le rendu ne soit pas parfait !

Côtes 1/1
alternance successive « m endroit,m envers »
Jersey
succession « m endroit »
Etape 3 : réaliser le bonnet en suivant les instructions
  • Monter 60m et tricoter en côtes 1/1

  • Tricoter 6 cm

  • Continuer en Jersey sur 14 cm

  • Sur le rg suivant, tricoter 2m ensemble, 3m endroit, toujours répéter. Il reste 48m

  • Tricoter toutes les m endroit sur un rang

  • Rabattre toutes  les mailles

  • Passer un fil dans le dernier rg et et froncer toutes les m

  • Bien serrer et coudre le pompon


Trucs et astuces d’une débutante

  • Quand le montage de la première série de m est fait, veillez à ce qu’elles soient toutes positionnées dans le même sens sur l’aiguille circulaire. On évitera ainsi de monter un tube tordu.

  • Pour avoir l’effet souhaité « côte 1/1 », un nombre pair de m est indispensable. Ne perdez ou ne créez donc pas une m en cours de route …

Après avoir monté et démonté maintes fois le tricot voici ENFIN le rendu final !

Mes conclusions

D’un point de vue technique, l’épaisseur de la laine est idéale pour débuter. Cependant, elle est assez « floue » et la visibilité des points s’en retrouve moins nette. Il faut donc être plus attentif afin de détecter les erreurs à temps. Le « marchandising » pourrait être complet si les fournitures comprenaient de quoi fixer le pompon … Je chicane peut être.

D’un point de vue ressenti, mon chef d’œuvre (oui, oui j’en suis fier) équivaut parfaitement à la photo du kit.

 Pour avoir porté le bonnet, je peux dire qu’il tient chaud mais à tendance à grattouiller. Le kit « Faites votre propre bonnet à pompon » de chez Veritas qui est un modèle assez basique ne serait pas mon choix de cœur. Mais même si je pense qu’il y a d’autres moyens de se lancer dans le tricot, le kit peut être un bon argument de vente pour mettre le pied à l’étrier !

*Charline

nu@outlook.fr 

A la découverte du papier japonais * papier washi

Qu’es aquò ?
Le papier japonais ou le « washi » n’est pas un papier ordinaire.
Fait de fibres végétales, il se démarque par sa grande résistance mais aussi et surtout par ses motifs appelés généralement « chiyogami ».
Dans nos contrées, le papier japonais est utilisé dans la décoration d’objets et la confection d’origamis.
Au Japon, il est notamment utilisé dans le recouvrement des lanternes ou comme papier d’emballage afin de protéger le kimono de l’humidité. On retrouve aussi le papier « washi » dans les bâtiments traditionnels au niveau des panneaux de papier coulissants « shoji » et des portes « fusuma »,…  -clic-
Pour le DIY, j’ai suivi la grande tendance occidentale et donc décidé de recouvrir des boîtes.

Le choix du papier a été difficile car il existe une large gamme de motifs. Les dessins sérigraphiés sont tous plus intéressants les uns que les autres. Mon premier choix s’est porté sur une feuille couleur « vert d’eau ». On peut y observer des sillons d’oiseaux métallisés se démarquant de l’arrière plan par un jeu de lumière. L’effet est bluffant !

Généralement, on retrouve en magasin le papier dans les dimensions 64×96 cm à un prix allant de 7 à 10 euros.
En comparaison avec l’artepatch -clic-, il n’y a pas photo !
La qualité du papier japonais par sa résistance, sa tenue dans le temps et sa richesse en dessins se retrouve en tête!

Mais étant donné la valeur d’une feuille, il va de soi qu’il faut l’utiliser de manière intelligente.

Derniers conseils :
J’ai pu remarquer que la texture du papier pouvait être différente d’un motif à l’autre certainement liée à l’encre utilisée. Après comparaison, ma préférence ira plutôt pour un papier lisse car il est plus facile à couper au cutter et si l’on souhaite empiler les boîtes on ressent moins l’effet de frottement.

Attention aux papiers clairs: on aura tendance à voir par transparence les défauts de l’objet recouvert.
A vos ciseaux!
                                                                                                                                         *Charline
nu@outlook.fr

Un petit tour du côté de la Suisse romande

Rien de plus typique que les montagnes à perte de vue, les vaches et leurs cloches autour du cou, le chocolat, les montres, les couteaux, les raclettes,… Et aussi l’argent.

Mis à part tous ces clichés, qu’ai-je bien pu retenir de mon séjour en Suisse?

La Suisse romande, bien que francophone, possède des différences majeures avec ma région natale.
C’est par des détails observables au fur et à mesure de mon séjour que je suis arrivée à mettre le doigt dessus.
Par exemple; la qualité des routes, le nombre plus élevé de voitures de luxe, la courtoisie des gens, l’accent traînant, le coût de la vie plus élevé …
Mais en seulement trois jours, il est impossible d’établir un tableau comparatif et ce avec justesse.

Trêve de bavardage, voici une description rapide de mon voyage de 3 jours

La Robella

La Robella est une station de sport d’hivers. Faute de neige, j’ai fait la descente de la colline en trottinette tout terrain! Durant le parcours en piste ROUGE, j’ai eu la chance de découvrir « la fontaine des fées ». -clic-

C’est après un bon verre d’absinthe que je suis repartie plus ragaillardie que jamais.

Les Gorges de l’Areuse

Amis de la nature, cet endroit vaut le détour pour une randonnée. Je qualifierais le parcours de facile mais je le déconseillerais aux familles avec des enfants en bas âge. Certains passages sont très étroits (pas évident pour une poussette) et se trouvent la plupart du temps en hauteur.

Lausanne

J’y ai passé une petite journée à arpenter les boutiques. Lausanne est très pentue et surplombe le lac Léman (MA-GNI-FI-QUE!!!).
En fin d’après midi, je me suis ressourcée au bord du lac parmi les badauds .

Les Bains de Lavay

Quoi de mieux pour clôturer son séjour qu’une baignade dans des bains à ciel ouvert ?
Le détail qui tue => aucune crainte que l’on te pique ta serviette de bain ou tes lunettes déposées à l’entrée d’un sauna. Les gens là bas n’en auraient aucune utilité.

***

Le séjour fut court mais suffisant pour m’imprégner de l’esprit Suisse.

Le Pays où il y fait bon vivre

J’étais quand même contente de retrouver mon plat pays.
Ne dit-on pas « Le bonheur est ici quand on ne croit pas qu’il est ailleurs ? ».
Je tiens à remercier mes hôtes qui m’auront réservé un super accueil.

Charline
nu@outlook.fr